Mark Cerny planche sur un brevet de rétrocompatibilité universel

De 4 février 2019 Actu

Mark Cerny, considéré à juste titre comme l’un des principaux architectes de la PlayStation 4 planche sur la continuité opérationnelle des jeux d’ancienne génération sur la prochaine PS5. C’est ce que révèle un brevet industriel déposé auprès de l’Office de dépôt japonais par la toute puissante Sony Interactive Entertainment. Une innovation de taille qui si elle ne trouve pas une application industrielle ou commerciale, ira vieillir dans les laboratoires du groupe japonais…

Les collectionneurs peuvent probablement voir l’avenir avec optimisme. Le changement d’équipementier entre deux générations de PlayStation ne représentera plus une barrière délicate à franchir dans le domaine de la rétrocompatibilité. Le brevet décrit une méthode habilitant « une nouvelle version d’un système informatique » être en mesure de lire « pleinement » des applications héritées du modèle informatique précédent. D’une manière générale, les difficultés de compatibilité naissent « des différences de vélocité ou de la nature du processeur central ».

"La synchronisation entre l’application ancienne et le jeu d’instructions de la puce centrale de la console récente devient opérationnelle."

Ingénieur chevronné, Mark Cerny lève ce fossé technologique en se jouant des différences de comportement des processeurs par effet de mimétisme. Par l’intermédiaire d’un « ID de processeur d’usurpation d’identité », le procédé identifie « de manière sélective les capacités propres du nouveau système » afin d’emprunter l’identité de celle utilisée dans le format de génération précédente. La synchronisation entre l’application ancienne et le jeu d’instructions de la puce centrale de la console récente devient opérationnelle.

Ainsi, dans l’hypothèse d’une rupture de contrat entre Sony et AMD, les processeurs du concurrent nVidia lieront sans accros majeurs les jeux hérités du fondeur américain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.