Interview croisé de Shawn Layden

De 16 février 2019 Actu

Le marathon médiatique de Shawn Layden est riche d’enseignements, notamment sur la volonté sincère de répondre aux questions restées en suspend après certaines décisions controversées. De l’absence à l’E3 à l’écosystème PlayStation anticipé de manière inattendue comme une porte d’accès à la communauté des joueurs parmi tant d’autres sur le marché, tour d’horizon des déclarations révélatrices d’un nouveau manifeste pour ce cycle entrant…

A la vieille de son élocution au sommet du DICE, l’homme fort du tentaculaire SIEWS exerce son éloquence naturelle auprès des journalistes de CNET et de GameInformer. Premier sujet abordé, la force de frappe éditoriale de Sony dont « trois des cinq nominés du jeu de l’année sont des titres issues de notre écurie » fait remarquer S. Layden, illustre la reconnaissance professionnelle du groupe japonais dans la réalisation de jeux à profondeur scénaristique réelle, capables de transporter le joueur dans des univers oniriques à forte connotation émotionnelle.

A l’inverse, SIEWS est manifestement absent des grandes tendances ludiques que sont « les jeux assimilables à un service ainsi que l’eSport, les modèles à revenus récurrents ». Conscient des faiblesses de la filiale dans ce segment, il n’exclut pas une collaboration « avec une autre équipe afin d’être en mesure de proposer quelque chose de significatif » car, et c’est l’ADN de SIEWS, « nous souhaitons repousser les limites dans tous les compartiments du jeu ».

« absent des grandes tendances ludiques »

Alors pourquoi snober l’édition 2019 du mondial du jeu vidéo si ce n’est de se priver d’une formidable caisse de résonance médiatique mieux à même de présenter les progrès du constructeur en la matière ?

L’aversion au risque. Les équipes de développement n’étant pas extensibles à l’infini (toutes ont probablement atteint leur taille optimale), dans une optique de réorientation des ressources humaines au profit de la PlayStation 5, selon S. Layden il convient d’écrémer l’offre éditoriale. « Ces trois/quatre dernières années, nous avons décidé de réduire la production de titres au bénéfice d’une plus grande implication financière, humaine que nous consacrons à une poignée de jeux ». Conséquence immédiate, un agenda raréfié par une politique élitiste assumée. « Nous n’avions rien d’événementiel à présenter à l’e3 » assure-t-il, non sans adresser quelques piques aux organisateurs d’un salon vidé de sa vocation première (rencontre avec les professionnels du secteur), ressemblant dorénavant à une foire commerciale ouverte au public. Agencement qualifié « d’accident industriel » mais rien d’irréparable décolère t-il.

« L’E3 doit revenir un festival du jeu vidéo »
L’édition 2018 était un accident industriel

D’après les aspirations du dirigeant, l’ESA, animateur de ce show planétaire, doit tendre soit vers l’organisation d’un « Tokyo Game Show, une Gamescon » clairement identifiée ou un tout autre positionnement dont les atours purement commerciaux approchent ceux du « CES, du Motor Show ». Ce coup de griffe, aussi légitime soit-il, ne signifie nullement un retrait définitif de Sony. Avant que les réformes souhaitées ne fassent de cette rencontre annuelle un véritable « festival du jeu vidéo », Shawn Layden n’écarte pas la présence du constructeur en 2020.

Cette idée d’aller à la rencontre des fans se prolonge dans le jeu multijoueurs, pré carré dans lequel le numéro un mondial avance à reculons. « Les retours de nos fans et pas seulement la minorité bruyante, nous a fait prendre conscience de l’importance de cette expérience de jeu » en dépit de statistiques internes traduisant une tendance inverse. A défaut d’être en capacité de temporiser afin que cette aspiration évolue en réalité de marché, Sony se hâte lentement : « nous voulons nous assurer que chaque aspect du jeu multijoueurs soit bien étudié avant sa généralisation ». Quand bien même des voix dissonantes de développeurs prétendent que le groupe japonais freine des quatre fers, S. Layden balaie ces allégations, « il suffit de se mettre en relation avec le responsable PlayStation ».

50300
visiteurs en 2016
83000
visiteurs en 2017
85000
visiteurs en 2018

Une communauté de joueurs avide de sensation de jeux à vivre en collectif accessible sur supports indifférenciés. Appétence flairée par Sony mais qui exige un certain degré d’humilité : « nous envisageons un monde post-console où vous pourrez vivre des expériences de jeu de qualité depuis une variété de supports (…) la Switch, la Xbox One X, les tablettes et téléphones offrent de grandes expériences ludiques. Il nous appartient de le reconnaître ». Le liant de cette multitude porte d’entrée est « l’appartenance à la même communauté de jeu (…) nous ne sommes pas de petits ghettos de jeu séparés les uns des autres (…) votre plate-forme n’est pas un refuge, c’est seulement une porte d’entrée parmi tant d’autres ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.